Les travaux de construction du nouvel Institut national universitaire (INU) Champollion vont commencer à la rentrée 2020 dans le quartier de Saint-Eloi. Un chantier à 12 M€ pour un millier d’étudiants.

Afin de permettre à tous les jeunes d’Occitanie d’accéder à un enseignement supérieur d’excellence et de proximité, la Région soutient le développement de campus et de formations sur l’ensemble de son territoire. A Rodez, la Région porte le projet d’installation de l’Institut National Universitaire (INU) Champollion sur le site du campus de Saint-Eloi. Elle y consacre 8 M€ sur un montant global de 12 M€.

Au vu de la saturation du site actuel de l’INU Champollion, la Région Occitanie et la Ville de Rodez ont conjointement décidé de le délocaliser sur le site du campus de Saint Eloi. Ce projet de relocalisation prévoit la construction d’un complexe de 3400 m² comprenant un pôle enseignement (salles, amphithéâtre, etc) ainsi qu’un pôle sportif (salle multisport modulable, salle de musculation, vestiaires…), des bureaux administratifs et d’enseignants ainsi qu’un accueil.

Aux côtés de l’Etat, du Conseil départemental de l’Aveyron et de Rodez Agglomération, la Région Occitanie, maître d’ouvrage du projet, mobilise une enveloppe de 8 M€ dont plus de 3 M€ de fonds FEDER dont elle a la charge. Elle vient par ailleurs, à l’issue, d’un jury réuni en avril dernier, de retenir l’agence toulousaine Hirsh & Zavagno pour la construction du nouveau site. Parmi les entreprises co-traitantes retenues, deux sont basées à Rodez, AAP Atelier d’Architecture du Prieuré et SIGMA Acoustique.

Grâce à ce nouveau projet d’implantation, l’INU qui accueillait jusqu’ici près de 700 étudiants, pourra à l’avenir en recevoir 1000.

« Depuis 2016, plus de 77M€ ont été déployés sur tout le territoire régional pour des opérations de rénovation, modernisation ou construction de campus universitaires », explique Carole Delga.

Selon le vœu de la Région, le futur campus sera à énergie positive, grâce à l’utilisation d’une isolation extérieure, de toitures végétalisées, de protections solaires extérieures, d’un jardin intérieur constituant un îlot de fraîcheur en saison chaude, de panneaux photovoltaïques, d’une ossature bois, de matériaux locaux…

Le début des travaux est prévu pour la rentrée 2020.